Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Estimation De La Resistance a La Race Geante De Ditylenchus Dipsaci Par Les Symptomes Chez La Feverole (Vicia Faba L.)

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites
You must be logged in to use this functionality

image of Nematologica
For more content, see Nematology.

L'estimation de la résistance variétale s'effectue sur des plantes inoculées artificiellement. Les observations et notations concernent les réactions extériorisées par la plante et le taux de multiplication du nématode. L'inoculation artificielle en conditions semi-contrôlées est très efficace puisque la quasi-totalité des plantes témoins sont pénétrées par D. dipsaci. Les signes d'attaque apparaissent après une quinzaine de jours et sont notables après un mois de culture. Deux catégories de symptômes se développent selon le type de matériel végétal: soit un gonflement et un raccourcissement du bourgeon axillaire inoculé, soit une lésion nécrotique au voisinage du point d'inoculation. Le premier est très fréquemment observé, le deuxième n'apparait que sur une lignée (INRA 29 H). En outre, quelques plantes conservent une apparence saine, elles sont plus abondantes pour la lignée mentionnée. Une corrélation existe entre ces deux types de symptômes et le taux de multiplication du nématode. Ainsi le gonflement est toujours associé à une bonne multiplication du nématode, la lésion nécrotique à son mauvais développement. Globalement, la très grande majorité (90%) des plants des C.V. Diana et Ascott multiplient D. dipsaci et souvent très intensément (plusieurs centaines de fois). Par contre, pour la lignée INRA 29 H, le nématode ne se multiplie pas dans 70 à 80% des plantes et seulement très faiblement dans les autres. Il existe donc une variabilité de la multiplication du nématode selon les cultivars de V. faba. qui peut être décelée par la réaction des tissus végétaux un mois environ après l'inoculation artificielle.

Affiliations: 1: I.N.R.A., Laboratoire de Zoologie Centre de Recherches de Rennes, B.P. 29, 35650 Le Rheu, France

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/002825989x00359
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/002825989x00359
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/002825989x00359
1989-01-01
2016-12-03

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Subscribe to ToC alert
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Your details
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
    Nematologica — Recommend this title to your library
  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation