Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Recherches Experimentales Sur Le Phototropisme Des Planaires

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
MyBook is a cheap paperback edition of the original book and will be sold at uniform, low price.

Buy this article

Price:
$30.00+ Tax (if applicable)
Add to Favorites

image of Behaviour

[1. Le comportement phototropique de trois espèces de Planaires a été étudié dans ce travail: celui d'une Planaire verte sans yeux, souvent positive (Castrada sp.), celui d'une Planaire brune oculée, moins souvent positive (Mesostoma lingua) et celui d'une Planaire blanche oculée généralement lucifuge (Fonticola vitta), avec observations comparatives sur des individus aveuglés de cette dernière espèce. 2. L'étude des réactions d'orientation a montré que le pouvoir orientant des radiations visibles (lumières monochromatiques d'égale énergie) croît du rouge au violet chez les Planaires sans yeux (courbe de la sensibilité dermatoptique), tandis qu'il suit une courbe très différente, en cloche, avec maximum à λ 530 mμ environ, chez les Planaires oculées (courbe de la sensibilité visuelle). 3. L'étude des réactions photokinétiques a montré que la vitesse de locomotion de toutes ces Planaires, tant en sens positif qu'en sens négatif obéit au jeu de deux facteurs antagonistes, l'action dynamogénique et l'action inhibitrice de la lumière. 4. L'action dynamogénique de la lumière croît proportionnellement au logarithme de l'intensité lumineuse et en raison inverse de la longueur d'onde des radiations dans le spectre visible (courbe de la sensibilité dermatoptique). Ce sont donc vraisemblablement des récepteurs indifférenciés quant à la photoréception qui commandent la progression dans le comportement phototropique des Planaires (comme pour tous les Inférieurs probablement). Mais on ne sait pas s'il s'agit seulement d'une action directe de la lumière sur les cellules ciliées locomotrices ou d'une action médiate de la lumière sur les effecteurs par l'intermédiaire de la peau et du système nerveux. 5. L'action inhibitrice de la lumière croît, en fonction de l'intensité lumineuse, selon une loi vraisemblablement exponentielle. Elle s'exerce principalement par l'intermédiaire des yeux (maximum d'inhibition vers λ530 mμ) et secondairement par l'intermédiairedu sens dermatoptique (elle se manifeste nettement dans le violet chez toutes les Planaires, oculées, aveugles et aveuglées, mais non dans le rouge). 6. Le double jeu de ces facteurs antagonistes fait que la loi de WEBER-FECHNER (proportionnalité de la grandeur des réactions au logarithme de l'intensité lumineuse) ne peut s'appliquer aux réactions photokinétiques des Planaires. 7. Les Planaires supportent beaucoup mieux l'action des lumières d'intensité faible et celle des radiations rouges que l'action des lumières fortes et des radiations vertes et violettes. Car elles sont en moyenne plus longtemps positives dans les lumières du premier groupe que dans celles du second. Ces faits indiquent les variations de la capacité photopathique des Planaires dans le spectre et démontrent que cette capacité dépend principalement de la résistance plus ou moins grande de l'animal aux excitations de son sens dermatoptique. 8. La température a une action considérable sur le comportement des Planaires. Cette action a été étudiée chez Fonticola vitta. D'une manière générale, l'élévation de la température a tendance à augmenter les vitesses de locomotion et à diminuer la capacité photopathique, faits qui peuvent s'expliquer par une augmentation de la vitesse des réactions photochimiques d'excitation qui suit vraisemblablement la loi de VAN 'T HOFF. 9. Mais l'existence d'un preferendum thermique introduit une certaine complexité dans ces phénomènes. Les vitesses en sens positif augmentent avec la température jusque vers 17 à 18° C. et diminuent au-delà. Les vitesses en sens négatif augmentent avec la température sans que joue d'une manière aussi nette l'influence du preferendum thermique. 10. Les Fonticola se déplacent plus ou moins rapidement à l'obscurité, selon la température. 11. Leurs vitesses de locomotion, dans les réactions phototropiques, sont presque toujours beaucoup plus grandes en sens négatif qu'en sens positif dans les mêmes conditions d'excitation photique et de température. 12. Des expériences sur des Fonticola aveuglées (mesure des temps de latence des réactions d'orientation et de locomotion, notation du signe des réactions) ont confirmé les résultats déjà obtenus sur les Planaires normales quant à l'action dynamogénique et l'action inhibitrice de la lumière et au rôle de la sensibilité dermatoptique dans le phototropisme des Planaires en général. 13. L'étude de la répartition des Fonticola dans les radiations d'un spectre prismatique confirme ce que nous avons appris d'autre part sur les variations de la capacité photopathique de ces animaux relativement aux lumières monochromatiques visibles: les individus, en majorité, recherchent le rouge et fuient le violet. 14. Le comportement phototropique des Planaires peut être expliqué à l'aide d'un petit nombre de facteurs internes: les uns qui règlent les déplacements positifs et négatifs (signe primaire positif, impulsion photokinétique, action inhibitrice de la lumière, capacité photopathique des individus) ; les autres qui commandent l'orientation axiale dans le champ lumineux (orientation due au sens dermatoptique, orientation due au sens visuel). 15. Tous ces facteurs sauf un (l'inhibition motrice) avaient déjà été invoqués par l'auteur pour expliquer le phototropisme des Daphnies et des Rotifères. Le schéma général d'explication des comportements phototropiques n'est pas modifié par les résultats des présentes recherches sur les Planaires; mais il est enrichi par l'adjonction du facteur inhibition motrice causée par la lumière, qui mériterait d'être l'objet d'une étude générale., 1. Le comportement phototropique de trois espèces de Planaires a été étudié dans ce travail: celui d'une Planaire verte sans yeux, souvent positive (Castrada sp.), celui d'une Planaire brune oculée, moins souvent positive (Mesostoma lingua) et celui d'une Planaire blanche oculée généralement lucifuge (Fonticola vitta), avec observations comparatives sur des individus aveuglés de cette dernière espèce. 2. L'étude des réactions d'orientation a montré que le pouvoir orientant des radiations visibles (lumières monochromatiques d'égale énergie) croît du rouge au violet chez les Planaires sans yeux (courbe de la sensibilité dermatoptique), tandis qu'il suit une courbe très différente, en cloche, avec maximum à λ 530 mμ environ, chez les Planaires oculées (courbe de la sensibilité visuelle). 3. L'étude des réactions photokinétiques a montré que la vitesse de locomotion de toutes ces Planaires, tant en sens positif qu'en sens négatif obéit au jeu de deux facteurs antagonistes, l'action dynamogénique et l'action inhibitrice de la lumière. 4. L'action dynamogénique de la lumière croît proportionnellement au logarithme de l'intensité lumineuse et en raison inverse de la longueur d'onde des radiations dans le spectre visible (courbe de la sensibilité dermatoptique). Ce sont donc vraisemblablement des récepteurs indifférenciés quant à la photoréception qui commandent la progression dans le comportement phototropique des Planaires (comme pour tous les Inférieurs probablement). Mais on ne sait pas s'il s'agit seulement d'une action directe de la lumière sur les cellules ciliées locomotrices ou d'une action médiate de la lumière sur les effecteurs par l'intermédiaire de la peau et du système nerveux. 5. L'action inhibitrice de la lumière croît, en fonction de l'intensité lumineuse, selon une loi vraisemblablement exponentielle. Elle s'exerce principalement par l'intermédiaire des yeux (maximum d'inhibition vers λ530 mμ) et secondairement par l'intermédiairedu sens dermatoptique (elle se manifeste nettement dans le violet chez toutes les Planaires, oculées, aveugles et aveuglées, mais non dans le rouge). 6. Le double jeu de ces facteurs antagonistes fait que la loi de WEBER-FECHNER (proportionnalité de la grandeur des réactions au logarithme de l'intensité lumineuse) ne peut s'appliquer aux réactions photokinétiques des Planaires. 7. Les Planaires supportent beaucoup mieux l'action des lumières d'intensité faible et celle des radiations rouges que l'action des lumières fortes et des radiations vertes et violettes. Car elles sont en moyenne plus longtemps positives dans les lumières du premier groupe que dans celles du second. Ces faits indiquent les variations de la capacité photopathique des Planaires dans le spectre et démontrent que cette capacité dépend principalement de la résistance plus ou moins grande de l'animal aux excitations de son sens dermatoptique. 8. La température a une action considérable sur le comportement des Planaires. Cette action a été étudiée chez Fonticola vitta. D'une manière générale, l'élévation de la température a tendance à augmenter les vitesses de locomotion et à diminuer la capacité photopathique, faits qui peuvent s'expliquer par une augmentation de la vitesse des réactions photochimiques d'excitation qui suit vraisemblablement la loi de VAN 'T HOFF. 9. Mais l'existence d'un preferendum thermique introduit une certaine complexité dans ces phénomènes. Les vitesses en sens positif augmentent avec la température jusque vers 17 à 18° C. et diminuent au-delà. Les vitesses en sens négatif augmentent avec la température sans que joue d'une manière aussi nette l'influence du preferendum thermique. 10. Les Fonticola se déplacent plus ou moins rapidement à l'obscurité, selon la température. 11. Leurs vitesses de locomotion, dans les réactions phototropiques, sont presque toujours beaucoup plus grandes en sens négatif qu'en sens positif dans les mêmes conditions d'excitation photique et de température. 12. Des expériences sur des Fonticola aveuglées (mesure des temps de latence des réactions d'orientation et de locomotion, notation du signe des réactions) ont confirmé les résultats déjà obtenus sur les Planaires normales quant à l'action dynamogénique et l'action inhibitrice de la lumière et au rôle de la sensibilité dermatoptique dans le phototropisme des Planaires en général. 13. L'étude de la répartition des Fonticola dans les radiations d'un spectre prismatique confirme ce que nous avons appris d'autre part sur les variations de la capacité photopathique de ces animaux relativement aux lumières monochromatiques visibles: les individus, en majorité, recherchent le rouge et fuient le violet. 14. Le comportement phototropique des Planaires peut être expliqué à l'aide d'un petit nombre de facteurs internes: les uns qui règlent les déplacements positifs et négatifs (signe primaire positif, impulsion photokinétique, action inhibitrice de la lumière, capacité photopathique des individus) ; les autres qui commandent l'orientation axiale dans le champ lumineux (orientation due au sens dermatoptique, orientation due au sens visuel). 15. Tous ces facteurs sauf un (l'inhibition motrice) avaient déjà été invoqués par l'auteur pour expliquer le phototropisme des Daphnies et des Rotifères. Le schéma général d'explication des comportements phototropiques n'est pas modifié par les résultats des présentes recherches sur les Planaires; mais il est enrichi par l'adjonction du facteur inhibition motrice causée par la lumière, qui mériterait d'être l'objet d'une étude générale.]

Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156853950x00071
1950-01-01
2015-08-30

Affiliations: 1: Institut de Zoologie et de Biologie Générale de l'Université de Strasbourg; Laboratoire de Psychologie Animale

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Subscribe to email alerts
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Name:*
    Email:*
    Your details
    Name:*
    Email:*
    Department:*
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
     
     
     
    Other:
     
    Behaviour — Recommend this title to your library

    Thank you

    Your recommendation has been sent to your librarian.

  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation