Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Courtship Behaviour in the Lesser Black-Backed Gull, Larus Fuscus

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites
You must be logged in to use this functionality

image of Behaviour

[Le comportement sexuel du Goéland brun Larus fuscus a quatre éléments principaux: la cérémonie d'accueil, l'attrait au nid, le repas de la cour, et la copulation. Les changements des fréquences de ces éléments pendant la saison de la nidification sont présentés. La cérémonie d'accueil et l'attrait au nid ne changent guère. D'autre part, la fréquence du repas de la cour s'accroit brusquement pendant la quinzaine avant la ponte. Cela de la copulation s'accroit aussi pendant cette quinzaine, mais son accroissement commence à 3-4 semaines avant la ponte. Les follicules ovariens s'accroissent en poids pendant les dix jours qui précèdent la ponte. On raisonne que le repas de la cour donne à la femelle l'alimentation supplémentaire pour nourrir cet accroissement. La fréquence la plus haute de la copulation a lieu au temps quand on compte sur la fertilisation. Toutefois, les copulations si fréquentes qu'on trouve avant de l'accroissement des follicules, ne peuvent pas avoir une telle fonction, parce qu'il n'y a rien à etre fertilisé; il n'y a aucune possibilité de l'accumulation des spermes, parce que l'oviducte n'est pas encore développé. On a été constaté que les femelles ont besoin de la stimulation apportée par la cour des mäles pour pouvoir commencer l'accroissement final des follicules ovariens. Donc, on raisonne que la copulation joue ce rôle avec ces goélands. Il y a des indications que la copulation d'un couple de goélands stimule des copulations entre les couples voisins. On raisonne qu'il y a ici un mecanisme pour la synchronisation de la ponte. Les chainons temporels entre les éléments individuels de la cour sont décrits. Il y a une chaine de comportement qui va de la cérémonie d'accueil au repas de la cour, et puis à la copulation. Une discussion de l'ajustement du comportement sexuel pendant la saison de nidification est aussi présentée. on arrive à la conclusion que la photopériodicité fait probablement commencer ce comportement; la température n'a point d'effet. Il semble que la stimulation des oeufs le fait terminer., Le comportement sexuel du Goéland brun Larus fuscus a quatre éléments principaux: la cérémonie d'accueil, l'attrait au nid, le repas de la cour, et la copulation. Les changements des fréquences de ces éléments pendant la saison de la nidification sont présentés. La cérémonie d'accueil et l'attrait au nid ne changent guère. D'autre part, la fréquence du repas de la cour s'accroit brusquement pendant la quinzaine avant la ponte. Cela de la copulation s'accroit aussi pendant cette quinzaine, mais son accroissement commence à 3-4 semaines avant la ponte. Les follicules ovariens s'accroissent en poids pendant les dix jours qui précèdent la ponte. On raisonne que le repas de la cour donne à la femelle l'alimentation supplémentaire pour nourrir cet accroissement. La fréquence la plus haute de la copulation a lieu au temps quand on compte sur la fertilisation. Toutefois, les copulations si fréquentes qu'on trouve avant de l'accroissement des follicules, ne peuvent pas avoir une telle fonction, parce qu'il n'y a rien à etre fertilisé; il n'y a aucune possibilité de l'accumulation des spermes, parce que l'oviducte n'est pas encore développé. On a été constaté que les femelles ont besoin de la stimulation apportée par la cour des mäles pour pouvoir commencer l'accroissement final des follicules ovariens. Donc, on raisonne que la copulation joue ce rôle avec ces goélands. Il y a des indications que la copulation d'un couple de goélands stimule des copulations entre les couples voisins. On raisonne qu'il y a ici un mecanisme pour la synchronisation de la ponte. Les chainons temporels entre les éléments individuels de la cour sont décrits. Il y a une chaine de comportement qui va de la cérémonie d'accueil au repas de la cour, et puis à la copulation. Une discussion de l'ajustement du comportement sexuel pendant la saison de nidification est aussi présentée. on arrive à la conclusion que la photopériodicité fait probablement commencer ce comportement; la température n'a point d'effet. Il semble que la stimulation des oeufs le fait terminer.]

Affiliations: 1: Dept. of Zoology, Oxford, England

10.1163/156853967X00082
/content/journals/10.1163/156853967x00082
dcterms_title,pub_keyword,dcterms_description,pub_author
6
3
Loading
Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156853967x00082
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156853967x00082
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156853967x00082
1967-01-01
2016-12-08

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Subscribe to ToC alert
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Your details
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
    Behaviour — Recommend this title to your library
  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation