]" /> Historical trends in crustacean systematics  »  Brill Online
Cookies Policy
X
Cookie Policy

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Historical trends in crustacean systematics

MyBook is a cheap paperback edition of the original book and will be sold at uniform, low price.

Buy this article

Price:
$30.00+ Tax (if applicable)
Add to Favorites

image of Crustaceana

[Using a database that includes nearly half (46%) of the estimated 68,000 described species of extant crustaceans, as well as the names of the authors who described each species and the date of description, we plotted the number of species described vs. year of description to examine rates of, and trends in, crustacean species descriptions over time. Plots were generated for all crustaceans and for selected major taxonomic "subgroups" (currently recognized classes and selected subclasses). The cumulative number of species plotted over time for all crustaceans (pooled) showed no sign of flattening over time; no asymptote was apparent. The same pattern was seen in all subgroups examined (Branchiopoda, Maxillopoda, Copepoda, Malacostraca, Peracarida, Decapoda, and Brachyura). Given that the asymptotes from such analyses have been used to predict species richness in a taxon, our data show that currently there is no reliable way to estimate the number of still-undescribed species of crustaceans through extrapolation. The current estimate of approximately 68,000 described species (Martin & Davis, 2001; Brusca & Brusca, 2003) may represent only half, or far fewer, of the actual number of extant crustacean species. No apparent decrease in the overall rate of discovery (approximated by the rate of subsequent taxonomic description) has been observed since the first crustacean species (in our database) were described in the mid-1700s. Over time, the rate of discovery of some smaller taxa, e.g., copepods, did not differ appreciably from the rate of discovery of larger taxa, e.g., brachyuran crabs, based on best-fit regression lines. Although the rates of species accumulations have differed between groups (4.6 species per year for branchiopods vs. 82.6 species per year for peracarids), the pace appears steady within groups. The taxonomic contributions of notable workers and their published monographs are highlighted and discussed. En utilisant une base de données qui inclut presque la moitié (46%) des quelque 68 000 espèces décrites de crustacés actuels, ainsi que le nom des auteurs qui ont décrit chaque espèce et la date de leur description, nous avons rapporté le nombre d'espèces décrites à l'année de description afin d'examiner les taux des descriptions d'espèces de crustacés par rapport au temps et leurs tendances. Des coordonnées ont été établies pour tous les crustacés et pour quelques sous-groupes taxonomiques majeurs choisis (comme classes et certaines sous-classes reconnues). Le nombre cumulé des espèces ainsi rapportée par rapport au temps pour tous les crustacés ne montre pas de signe de baisse avec le temps, aucune asymptote n'est apparente. Le même schéma a été observé dans tous les sousgroupes examinés (Branchiopoda, Maxillopoda, Copepoda, Malacostraca, Peracarida, Decapoda et Brachyura). Etant donné que les asymptotes de telles analyses ont été utilisées pour prédire la richesse spécifique d'un taxon, nos données montrent qu'actuellement, il n'y a pas de moyen fiable d'estimer le nombre d'espèces de crustacés encore non-décrits par une extrapolation. L'estimation présente d'approximativement 68 000 espèces décrites (Martin & Davis, 2001; Brusca & Brusca, 2003) pourrait représenter seulement la moitié, ou beaucoup moins, du nombre actuel d'espèces de crustacés vivants. Aucune diminution apparente du taux de découverte (voisin du taux de description taxonomique) n'a été observée depuis que les premières espèces de crustacés (dans notre base de données) ont été décrites au milieu des années 1700. Au cours du temps, le taux de découverte des taxons les plus petits, comme les copépodes, n'a pas différé notablement du taux de découverte des taxons de plus grande taille, comme les crabes brachyoures, d'après les droites de régression les mieux ajustées. Bien que les taux cumulés d'espèces soient différents suivant les groupes (4,6 espèces par an pour les branchiopodes contre 82,6 espèces par an pour les péracarides), le rythme apparaît constant à l'intérieur des groupes. Les contributions taxonomiques d'auteurs éminents et les monographies qu'ils ont publiées sont citées et discutées., Using a database that includes nearly half (46%) of the estimated 68,000 described species of extant crustaceans, as well as the names of the authors who described each species and the date of description, we plotted the number of species described vs. year of description to examine rates of, and trends in, crustacean species descriptions over time. Plots were generated for all crustaceans and for selected major taxonomic "subgroups" (currently recognized classes and selected subclasses). The cumulative number of species plotted over time for all crustaceans (pooled) showed no sign of flattening over time; no asymptote was apparent. The same pattern was seen in all subgroups examined (Branchiopoda, Maxillopoda, Copepoda, Malacostraca, Peracarida, Decapoda, and Brachyura). Given that the asymptotes from such analyses have been used to predict species richness in a taxon, our data show that currently there is no reliable way to estimate the number of still-undescribed species of crustaceans through extrapolation. The current estimate of approximately 68,000 described species (Martin & Davis, 2001; Brusca & Brusca, 2003) may represent only half, or far fewer, of the actual number of extant crustacean species. No apparent decrease in the overall rate of discovery (approximated by the rate of subsequent taxonomic description) has been observed since the first crustacean species (in our database) were described in the mid-1700s. Over time, the rate of discovery of some smaller taxa, e.g., copepods, did not differ appreciably from the rate of discovery of larger taxa, e.g., brachyuran crabs, based on best-fit regression lines. Although the rates of species accumulations have differed between groups (4.6 species per year for branchiopods vs. 82.6 species per year for peracarids), the pace appears steady within groups. The taxonomic contributions of notable workers and their published monographs are highlighted and discussed. En utilisant une base de données qui inclut presque la moitié (46%) des quelque 68 000 espèces décrites de crustacés actuels, ainsi que le nom des auteurs qui ont décrit chaque espèce et la date de leur description, nous avons rapporté le nombre d'espèces décrites à l'année de description afin d'examiner les taux des descriptions d'espèces de crustacés par rapport au temps et leurs tendances. Des coordonnées ont été établies pour tous les crustacés et pour quelques sous-groupes taxonomiques majeurs choisis (comme classes et certaines sous-classes reconnues). Le nombre cumulé des espèces ainsi rapportée par rapport au temps pour tous les crustacés ne montre pas de signe de baisse avec le temps, aucune asymptote n'est apparente. Le même schéma a été observé dans tous les sousgroupes examinés (Branchiopoda, Maxillopoda, Copepoda, Malacostraca, Peracarida, Decapoda et Brachyura). Etant donné que les asymptotes de telles analyses ont été utilisées pour prédire la richesse spécifique d'un taxon, nos données montrent qu'actuellement, il n'y a pas de moyen fiable d'estimer le nombre d'espèces de crustacés encore non-décrits par une extrapolation. L'estimation présente d'approximativement 68 000 espèces décrites (Martin & Davis, 2001; Brusca & Brusca, 2003) pourrait représenter seulement la moitié, ou beaucoup moins, du nombre actuel d'espèces de crustacés vivants. Aucune diminution apparente du taux de découverte (voisin du taux de description taxonomique) n'a été observée depuis que les premières espèces de crustacés (dans notre base de données) ont été décrites au milieu des années 1700. Au cours du temps, le taux de découverte des taxons les plus petits, comme les copépodes, n'a pas différé notablement du taux de découverte des taxons de plus grande taille, comme les crabes brachyoures, d'après les droites de régression les mieux ajustées. Bien que les taux cumulés d'espèces soient différents suivant les groupes (4,6 espèces par an pour les branchiopodes contre 82,6 espèces par an pour les péracarides), le rythme apparaît constant à l'intérieur des groupes. Les contributions taxonomiques d'auteurs éminents et les monographies qu'ils ont publiées sont citées et discutées.]

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Create email alert
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Name:*
    Email:*
    Your details
    Name:*
    Email:*
    Department:*
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
     
     
     
    Other:
     
    Crustaceana — Recommend this title to your library

    Thank you

    Your recommendation has been sent to your librarian.

  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation