Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

The Biology of Spider Crabs: a Comparison of British and Jamaican Species

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites

image of Crustaceana

[Ce travail a un double but: d'abord de décrire les recherches faites sur la biologie de cinq Crabes Oxyrhynques de la Jamaïque, ensuite de comparer les résultats aux études antérieures sur ce groupe, qui jusqu'à présent n'avaient porté que sur des espèces des eaux européennes tempérées. Les caractères principaux du développement sont communs aux espèces des deux régions. Ainsi des changements morphologiques marquent, dans chaque sexe, la "mue de puberté", qui est toujours la dernière. Dans certaines espèces une partie des mâles sont apparemment capables de se reproduire avant cette "mue de puberté", mais, tant que celle-ci ne s'est pas produite, les femelles sont matériellement incapable de copuler et de pondre. Les femelles sont aptes à l'accouplement à n'importe quel moment après la puberté, et non pas seulement lorsqu'elles sont encore molles, comme c'est le cas chez d'autres crabes. Une copulation peut fertiliser une série d'ovulations et suffit probablement pour tous les oeufs qu'une femelle produit durant sa vie. Il y a deux modes de reproduction: ou bien une ponte unique éclot à une époque donnée de l'année, ou bien des séries continues d'oeufs sont produites, avec de courts intervalles entre les incubations. C'est ce dernier mode que l'on a observé chez toutes les espèces de la J'amaïque, alors que les espèces européennes se répartissaient en deux groupes sensiblement égaux, présentant l'un le premier, l'autre le second type de reproduction. L'auteur envisage encore la signification de ces faits, et émet certaines suggestions en vue de l'orientation des recherches futures., Ce travail a un double but: d'abord de décrire les recherches faites sur la biologie de cinq Crabes Oxyrhynques de la Jamaïque, ensuite de comparer les résultats aux études antérieures sur ce groupe, qui jusqu'à présent n'avaient porté que sur des espèces des eaux européennes tempérées. Les caractères principaux du développement sont communs aux espèces des deux régions. Ainsi des changements morphologiques marquent, dans chaque sexe, la "mue de puberté", qui est toujours la dernière. Dans certaines espèces une partie des mâles sont apparemment capables de se reproduire avant cette "mue de puberté", mais, tant que celle-ci ne s'est pas produite, les femelles sont matériellement incapable de copuler et de pondre. Les femelles sont aptes à l'accouplement à n'importe quel moment après la puberté, et non pas seulement lorsqu'elles sont encore molles, comme c'est le cas chez d'autres crabes. Une copulation peut fertiliser une série d'ovulations et suffit probablement pour tous les oeufs qu'une femelle produit durant sa vie. Il y a deux modes de reproduction: ou bien une ponte unique éclot à une époque donnée de l'année, ou bien des séries continues d'oeufs sont produites, avec de courts intervalles entre les incubations. C'est ce dernier mode que l'on a observé chez toutes les espèces de la J'amaïque, alors que les espèces européennes se répartissaient en deux groupes sensiblement égaux, présentant l'un le premier, l'autre le second type de reproduction. L'auteur envisage encore la signification de ces faits, et émet certaines suggestions en vue de l'orientation des recherches futures.]

Affiliations: 1: Zoology Department, University of the West Indies, Jamaica, Zoology Department, Queen's University, Belfast, Northern Ireland, Great Britain

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156854065x00127
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156854065x00127
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156854065x00127
1965-01-01
2016-09-25

Sign-in

Can't access your account?
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation