Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Effects of Copper On the Crayfish Orconectes Rusticus (Girard)

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites

image of Crustaceana

[Les effets du cuivre sur l'écrevisse pendant l'intermue ont été déterminés au moyen de certaines techniques histologiques et respirométriques. Les glandes excrétrices (antennaires) des écrevisses tuées par des concentrations minimes de cuivre montraient des tissus gravement altérés. Ces altérations, qui apparaissaient d'abord sous la forme d'un développement des vacuoles dans les cellules du labyrinthe, finissaient par une dégénération totale. Les glandes excrétrices des écrevisses tuées par des concentrations de cuivre plus élevées étaient, apparemment, exemptes de tout dommage. Le cuivre empêche l'utilisation de l'acide succinique (in vitro) et l'absorption de l'oxygène endogène par l'hépatopancréas homogénéisé. Aux concentrations supérieures, le cuivre empêche l'utilisation de l'acide succinique (in vivo) par l'hépatopancréas. Lors de l'exposition au cuivre aux concentrations minimes, une désintoxication se produit. Les tissus des écrevisses moribondes montraient une activité des enzymes de l'hépatopancréas comparable à celle des écrevisses du groupe de contrôle. Dans ces cas, la toxicité était le résultat des dommages causés à d'autre organes., Les effets du cuivre sur l'écrevisse pendant l'intermue ont été déterminés au moyen de certaines techniques histologiques et respirométriques. Les glandes excrétrices (antennaires) des écrevisses tuées par des concentrations minimes de cuivre montraient des tissus gravement altérés. Ces altérations, qui apparaissaient d'abord sous la forme d'un développement des vacuoles dans les cellules du labyrinthe, finissaient par une dégénération totale. Les glandes excrétrices des écrevisses tuées par des concentrations de cuivre plus élevées étaient, apparemment, exemptes de tout dommage. Le cuivre empêche l'utilisation de l'acide succinique (in vitro) et l'absorption de l'oxygène endogène par l'hépatopancréas homogénéisé. Aux concentrations supérieures, le cuivre empêche l'utilisation de l'acide succinique (in vivo) par l'hépatopancréas. Lors de l'exposition au cuivre aux concentrations minimes, une désintoxication se produit. Les tissus des écrevisses moribondes montraient une activité des enzymes de l'hépatopancréas comparable à celle des écrevisses du groupe de contrôle. Dans ces cas, la toxicité était le résultat des dommages causés à d'autre organes.]

Affiliations: 1: Robert A. Taft Sanitary Engineering Center, Cincinnati, Ohio, U.S.A.

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156854067x00558
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156854067x00558
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156854067x00558
1967-01-01
2016-08-24

Sign-in

Can't access your account?
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation