Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Temperature Tolerance of the Crayfish Cambar Us Acuminatus Faxon, 1884 (Decapoda, Astacidea)

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites
You must be logged in to use this functionality

image of Crustaceana

[Des écrevisses de l'espèce Cambarus acuminatus ont été acclimatées à une série de températures et par la suite testées afin de déterminer les températures léthales initiales sur une période de plus de 48 heures. Dans toutes les expériences l'accroissement dans la température d'acclimatation a eu pour effet d'accroître la tolérance à la chaleur de l'écrevisse. Un polygone de tolérance, définissant la zone de tolérance aux températures, et un triangle de tolérance supérieur ont été construits pour cet organisme. L'ultime température léthale initiale supérieure pour Cambarus acuminatus a été estimée à 33,1 °C. De plus, des expériences ont été conduites pour décrire les capacités de résistance thermales pour cette écrevisse. Il a été constaté que la résistance à des températures élevées dépendait non seulement de la température d'exposition, mais aussi de l'histoire thermale précédente de l'écrevisse. Finalement, les "critical thermal maxima" (CTM) et "critical thermal minima" (CTm) ont été déterminés. Les valeurs de CTM pour les écrevisses acclimatées à la chaleur, étaient plus élevées que les températures léthales initiales supérieures, mais les écrevisses acclimatées au froid avaient des valeurs de CTM inférieures à leurs températures léthales initiales supérieures. Les CTms pour tous les groupes en acclimation étaient plus élevés que les températures léthales initiales inférieures, à l'inverse de ce qui a été observé chez beaucoup d'espèces de poissons. La cause des relations observées entre valeurs thermales critiques et températures léthales initiales n'est pas claire, mais peut être liée au taux des changements de température dans ces expériences et aux effets des températures basses sur l'écrevisse., Des écrevisses de l'espèce Cambarus acuminatus ont été acclimatées à une série de températures et par la suite testées afin de déterminer les températures léthales initiales sur une période de plus de 48 heures. Dans toutes les expériences l'accroissement dans la température d'acclimatation a eu pour effet d'accroître la tolérance à la chaleur de l'écrevisse. Un polygone de tolérance, définissant la zone de tolérance aux températures, et un triangle de tolérance supérieur ont été construits pour cet organisme. L'ultime température léthale initiale supérieure pour Cambarus acuminatus a été estimée à 33,1 °C. De plus, des expériences ont été conduites pour décrire les capacités de résistance thermales pour cette écrevisse. Il a été constaté que la résistance à des températures élevées dépendait non seulement de la température d'exposition, mais aussi de l'histoire thermale précédente de l'écrevisse. Finalement, les "critical thermal maxima" (CTM) et "critical thermal minima" (CTm) ont été déterminés. Les valeurs de CTM pour les écrevisses acclimatées à la chaleur, étaient plus élevées que les températures léthales initiales supérieures, mais les écrevisses acclimatées au froid avaient des valeurs de CTM inférieures à leurs températures léthales initiales supérieures. Les CTms pour tous les groupes en acclimation étaient plus élevés que les températures léthales initiales inférieures, à l'inverse de ce qui a été observé chez beaucoup d'espèces de poissons. La cause des relations observées entre valeurs thermales critiques et températures léthales initiales n'est pas claire, mais peut être liée au taux des changements de température dans ces expériences et aux effets des températures basses sur l'écrevisse.]

Affiliations: 1: Department of Biology, Wake Forest University, Winston-Salem, North Carolina 27109, U.S.A.

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156854085x00963
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156854085x00963
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156854085x00963
1985-01-01
2016-12-06

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Subscribe to ToC alert
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Your details
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
    Crustaceana — Recommend this title to your library
  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation