Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Bacterial Variability Among Individual Penaeid Shrimp Digestive Tracts

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites
You must be logged in to use this functionality

image of Crustaceana

[Les bactéries à croissance rapide vivant en symbiose avec des crevettes penaeides juvéniles ont été quantifiées d'après leur tractus digestif, leur externe et d'après la nourriture disponible dans des baies du nord-ouest du golfe du Mexique. Ces bactéries à croissance rapide sur un milieu nutritif riche ressemblent celles cultivées sur un extrait d'intestin postérieur de crevettes. Penaeus aztecus (brown shrimp) et P. setiferus (white shrimp) avaient en moyenne 7,5 x 106 bactéries viables/gramme pour l'estomac (avec trois types communs de colonies bactériennes) et 2,6 x 107 bactéries/gramme pour l'intestin (deux types de colonies). L'abondance bactérienne parmi les individus variait suivant quatre ordres de grandeur. Il y avait autant de bactéries/gramme dans le revêtement de leur intestin postérieur vide que dans les contenus. L'examen microscopique a montré que les bactéries attachées représentaient environ 10% des densités cultivées, reflétant les pertes bactériennes des parois du tube digestif. Les abondances de bactéries actives cultivées provenant de l'environnement étaient en moyenne de 104 bactéries/ml d'eau (cinq types communs de colonies), 106 bactéries d'épiphyte (neuf types de colonies) et 107 bactéries/gramme de sédiment (neuf types de colonies). Neuf genres de bactéries ont été identifiés. Vibrio, Alcaligenes, Aeromonas, Chrornobacterium, et trois bactéries apparentées à Pseudomonas étaient les plus abondants dans le tractus digestif. La variabilité des bactéries symbiotiques parmi les individus n'était pas clairement en relation avec la taille, l'espèce, l'habitat ou le régime, mais la mue du revêtement intestinal du crustacé peut intervenir dans une telle variation bactérienne., Les bactéries à croissance rapide vivant en symbiose avec des crevettes penaeides juvéniles ont été quantifiées d'après leur tractus digestif, leur externe et d'après la nourriture disponible dans des baies du nord-ouest du golfe du Mexique. Ces bactéries à croissance rapide sur un milieu nutritif riche ressemblent celles cultivées sur un extrait d'intestin postérieur de crevettes. Penaeus aztecus (brown shrimp) et P. setiferus (white shrimp) avaient en moyenne 7,5 x 106 bactéries viables/gramme pour l'estomac (avec trois types communs de colonies bactériennes) et 2,6 x 107 bactéries/gramme pour l'intestin (deux types de colonies). L'abondance bactérienne parmi les individus variait suivant quatre ordres de grandeur. Il y avait autant de bactéries/gramme dans le revêtement de leur intestin postérieur vide que dans les contenus. L'examen microscopique a montré que les bactéries attachées représentaient environ 10% des densités cultivées, reflétant les pertes bactériennes des parois du tube digestif. Les abondances de bactéries actives cultivées provenant de l'environnement étaient en moyenne de 104 bactéries/ml d'eau (cinq types communs de colonies), 106 bactéries d'épiphyte (neuf types de colonies) et 107 bactéries/gramme de sédiment (neuf types de colonies). Neuf genres de bactéries ont été identifiés. Vibrio, Alcaligenes, Aeromonas, Chrornobacterium, et trois bactéries apparentées à Pseudomonas étaient les plus abondants dans le tractus digestif. La variabilité des bactéries symbiotiques parmi les individus n'était pas clairement en relation avec la taille, l'espèce, l'habitat ou le régime, mais la mue du revêtement intestinal du crustacé peut intervenir dans une telle variation bactérienne.]

Affiliations: 1: Bio Impact, Inc., P.O. Box 132, Kingshill, St. Croix, U.S. Virgin Islands 00850, U.S.A.; 2: Department of Biological Sciences, California State University, Hayward, California 94542, U.S.A.; 3: Center for Great Lakes Studies, 600 Greenfield Ave., University of Wisconsin, Milwaukee, Wisconsin, 53204, U.S.A.

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156854089x00248
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156854089x00248
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156854089x00248
1989-01-01
2016-12-06

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Subscribe to ToC alert
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Your details
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
    Crustaceana — Recommend this title to your library
  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation