Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

The Effects of Parasitism By the Rhizocephalan, Briarosaccus Callosus Boschma On the Lithodid Crab, Paralomis Granulosa (Jacquinot) in the Falkland Islands

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites
You must be logged in to use this functionality

image of Crustaceana

[Le Rhizocéphale parasite Briarosaccus callosus a été observé, infestant un stock du Lithodidae Paralomis granulosa provenant des îles Falkland avec une fréquence inférieure à 1%. L'infestation a été décelée extérieurement par la présence du sac reproductif ou "externa" du parasite. Des crabes marqués d'une cicatrice ont aussi été trouvés, chez lesquels l'externa aurait été perdu après la mort présumée naturelle du parasite. Les crabes avec externae sont plus fréquents, et de façon significative, lorsqu'ils sont de petite taille, particulièrement parmi les mâles. Cependant, la fréquence des crabes cicatrisés augmente avec la taille de l'hôte chez les femelles, tandis que l'on n'observe pas une tendance concordante chez les mâles. Il est possible que ces particularités résultent de l'effet du parasite sur le taux de croissance de l'hôte. Des crabes des deux sexes, avec des externae ou des cicatrices, ont été trouvés alors qu'ils avaient récemment mués. B. callosus n'empêche donc pas complètement la mue chez P. granulosa. La castration d'hôtes des deux sexes par le parasite a été observée aussi bien pendant qu'après la période d'infestation. Toutes les femelles parasitées, avec des exernae ou des cicatrices, sont non-ovigères. Les mâles infestés n'atteignent pas la maturité morphologique dénotée par la taille relative des pinces. A une taille donnée, les mâles qui portent des externae ont des pinces plus petites que même les mâles juvéniles. Au vu de la féminisation parasitaire souvent observée chez d'autres hôtes de Rhizocéphales, il est probable que les dimensions relatives des pinces des mâles parasités sont les mêmes que chez les femelles indemnes. Les mâles à cicatrices, après la perte du parasite, retrouvent les dimensions relatives des pinces des mâles juvéniles, même aux tailles où ils seraient normalement à maturité., Le Rhizocéphale parasite Briarosaccus callosus a été observé, infestant un stock du Lithodidae Paralomis granulosa provenant des îles Falkland avec une fréquence inférieure à 1%. L'infestation a été décelée extérieurement par la présence du sac reproductif ou "externa" du parasite. Des crabes marqués d'une cicatrice ont aussi été trouvés, chez lesquels l'externa aurait été perdu après la mort présumée naturelle du parasite. Les crabes avec externae sont plus fréquents, et de façon significative, lorsqu'ils sont de petite taille, particulièrement parmi les mâles. Cependant, la fréquence des crabes cicatrisés augmente avec la taille de l'hôte chez les femelles, tandis que l'on n'observe pas une tendance concordante chez les mâles. Il est possible que ces particularités résultent de l'effet du parasite sur le taux de croissance de l'hôte. Des crabes des deux sexes, avec des externae ou des cicatrices, ont été trouvés alors qu'ils avaient récemment mués. B. callosus n'empêche donc pas complètement la mue chez P. granulosa. La castration d'hôtes des deux sexes par le parasite a été observée aussi bien pendant qu'après la période d'infestation. Toutes les femelles parasitées, avec des exernae ou des cicatrices, sont non-ovigères. Les mâles infestés n'atteignent pas la maturité morphologique dénotée par la taille relative des pinces. A une taille donnée, les mâles qui portent des externae ont des pinces plus petites que même les mâles juvéniles. Au vu de la féminisation parasitaire souvent observée chez d'autres hôtes de Rhizocéphales, il est probable que les dimensions relatives des pinces des mâles parasités sont les mêmes que chez les femelles indemnes. Les mâles à cicatrices, après la perte du parasite, retrouvent les dimensions relatives des pinces des mâles juvéniles, même aux tailles où ils seraient normalement à maturité.]

Affiliations: 1: Renewable Resources Assessment Group, Imperial College, University of London, 8 Princes Gardens, London SW7 1NA, U.K.

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156854090x00633
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156854090x00633
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156854090x00633
1990-01-01
2016-12-04

Sign-in

Can't access your account?
  • Tools

  • Add to Favorites
  • Printable version
  • Email this page
  • Subscribe to ToC alert
  • Get permissions
  • Recommend to your library

    You must fill out fields marked with: *

    Librarian details
    Your details
    Why are you recommending this title?
    Select reason:
     
    Crustaceana — Recommend this title to your library
  • Export citations
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation