Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Dynamics of a Fish Ectoparasite Population: Opportunistic Parasitism in Argulus Japonicus (Branchiura)

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites

image of Crustaceana

A Bloemhof Dam, Transvaal, et pendant une période de 16 mois, l'ectoparasite Argulus japonicus Thiele a manifesté une nature opportuniste dans sa stratégie reproductive et une mobilité diverse. Des oeufs ont été pondus tout au long de l'année et les femelles ont été gravides de façon continue jusqu'à ce qu'elles atteignent 3 mm de longueur du corps. A. japonicus a infesté toutes les espèces de poissons présentes à Bloemhof Dam, mais suivant un ordre de préférence bien marqués dans l'infestation. Labeo capensis Smith a été l'hôte préféré, bien qu'il ne fût pas le poisson le plus commun dans le système. Il est suggéré que les modalités d'infestation observées ont été déterminées par des facteurs tels que la réponse immunitaire spécifique du poisson, l'accessibilité à l'alimentation et les mouvements journaliers et saisonniers des hôtes dans le système. La population a montré de la stabilité dans sa structure et la distribution des âges. De nouvelles cohortes ont été détectées chaque mois pendant le printemps et l'été, alors qu'aucune ne l'a été en automne et en hiver. Ceci est dû au fait que, si la reproduction est continue, les oeufs pondus et fécondés pendant l'hiver ne se développent pas aux températures alors régnantes (eau à 9-11,5°C), jusqu'au printemps. Les mâles étaient habituellement plus nombreux que les femelles, souvent dans une proportion supérieure à 3 : 1. Un rapport de 1 : 1 a été détecté dans les populations quand 88-100% des femelles étaient gravides. Ceci coïncidait avec le temps de développement des oeufs, et conduisait à un accroissement marqué de la population, culminant avec l'apport d'une nouvelle cohorte chaque mois, tout au long de l'été. La croissance était rapide (0,42 mm/mois-1) et était affectée par les changements saisonniers de la température de l'eau.

Affiliations: 1: Department of Zoology, Rand Afrikaans University, P.O. Box 524, Johannesburg, 2000, Republic of South Africa

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/156854092x00046
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/156854092x00046
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/156854092x00046
1992-01-01
2016-08-24

Sign-in

Can't access your account?
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation