Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

La géographie andalouse : l'autre versant d'une même écriture

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

Access this article

+ Tax (if applicable)
Add to Favorites

image of Arabica

Si dans l'Antiquité la géographie est grecque, au Moyen Âge, elle est arabe. Dans la Bagdad abbasside des IXe et Xe siècles, de vastes traités de géographie universelle livrèrent une imago mundi qui permet tout à la fois de faire l'histoire de cette discipline et de comprendre la façon dont les hommes de l'époque médiévale concevaient le monde. À partir des environs de l'An Mil cependant, le genre périclita, ne livrant plus, à quelques exceptions près, que des monographies régionales, des journaux de voyages et des encyclopédies généralistes résumant « la science des pays ». La géographie universelle n'avait cependant pas disparu ; le lieu de son écriture s'était translaté en une terre excentrée et bien éloignée du cœur oriental de l'Islam : al-Andalus. Loin de reconnaître le mérite de ce qu'il convient d'appeler une continuation, les historiens n'ont généralement vu dans cette différence chronologique que le signe évident de la reprise et de l'imitation. Or les traités andalous, dont l'écriture s'échelonne entre le Xe et le XIVe siècle, sont bien plus que cela. À la fois fidèles aux canons de la géographie orientale et originaux dans le traitement de certains thèmes, ils réservent un sort particulier à al-Andalus tout en l'arrimant fermement au domaine de l'Islam. La peinture qu'ils brossent de la Péninsule et du reste du monde est bien l'autre versant d'une même écriture. Une écriture dont il convient d'analyser les évolutions et les inflexions sur le temps long.

Affiliations: 1: Université de Paris X-Nanterre

Loading

Full text loading...

/content/journals/10.1163/157005809x438451
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/157005809x438451
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/157005809x438451
2009-06-01
2016-09-29

Sign-in

Can't access your account?
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation