Cookies Policy
X

This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies.

I accept this policy

Find out more here

Open Access SYNTAGMES NOMINAUX ET SYNTAGMES ADPOSITIONNELS DANS TROIS LANGUES EN CONTACT EN COTE D’IVOIRE

No metrics data to plot.
The attempt to load metrics for this article has failed.
The attempt to plot a graph for these metrics has failed.
The full text of this article is not currently available.

Brill’s MyBook program is exclusively available on BrillOnline Books and Journals. Students and scholars affiliated with an institution that has purchased a Brill E-Book on the BrillOnline platform automatically have access to the MyBook option for the title(s) acquired by the Library. Brill MyBook is a print-on-demand paperback copy which is sold at a favorably uniform low price.

SYNTAGMES NOMINAUX ET SYNTAGMES ADPOSITIONNELS DANS TROIS LANGUES EN CONTACT EN COTE D’IVOIRE

  • HTML
  • PDF
Add to Favorites
You must be logged in to use this functionality

image of Journal of Language Contact

Le français distingue, à l’instar de nombreuses langues telles le dioula qui possèdent des adpositions, les syntagmes nominaux des syntagmes prépositionnels. Seuls les syntagmes nominaux peuvent assumer la fonction de sujet d’un verbe, alors que les deux types de syntagmes peuvent se trouver en fonction de complément d’un verbe ; c’est alors le verbe qui sélectionne le type de complément, nominal ou adpositionnel. Dans d’autres langues, au contraire, telles le baoulé, les éléments qui introduisent un syntagme nominal pour former un syntagme de rang supérieur ne constituent pas une classe d’adpositions. Le contact de ces deux langues en Côte d’Ivoire peut-il expliquer que le français local ivoirien donne à des syntagmes prépositionnels (de forme PREP (N / Pro)) la faculté d’occuper des fonctions de syntagmes nominaux dans une phrase ? Notre discussion porte tout d’abord sur le statut des syntagmes adpositionnels en français, en dioula et en baoulé. Nous montrons que certaines de ces formes peuvent être analysées comme des syntagmes nominaux à tête vide. D’autres faits de langue sont ensuite rapprochés de ce phénomène.

Le français distingue, à l’instar de nombreuses langues telles le dioula qui possèdent des adpositions, les syntagmes nominaux des syntagmes prépositionnels. Seuls les syntagmes nominaux peuvent assumer la fonction de sujet d’un verbe, alors que les deux types de syntagmes peuvent se trouver en fonction de complément d’un verbe ; c’est alors le verbe qui sélectionne le type de complément, nominal ou adpositionnel. Dans d’autres langues, au contraire, telles le baoulé, les éléments qui introduisent un syntagme nominal pour former un syntagme de rang supérieur ne constituent pas une classe d’adpositions. Le contact de ces deux langues en Côte d’Ivoire peut-il expliquer que le français local ivoirien donne à des syntagmes prépositionnels (de forme PREP (N / Pro)) la faculté d’occuper des fonctions de syntagmes nominaux dans une phrase ? Notre discussion porte tout d’abord sur le statut des syntagmes adpositionnels en français, en dioula et en baoulé. Nous montrons que certaines de ces formes peuvent être analysées comme des syntagmes nominaux à tête vide. D’autres faits de langue sont ensuite rapprochés de ce phénomène.

Loading

Full text loading...

/deliver/19552629/3/2/19552629_003_02_S005_text.html;jsessionid=ltkP3kPPh8qVeMHMhqs5oHYv.x-brill-live-02?itemId=/content/journals/10.1163/19552629-90000020&mimeType=html&fmt=ahah
/content/journals/10.1163/19552629-90000020
Loading

Data & Media loading...

http://brill.metastore.ingenta.com/content/journals/10.1163/19552629-90000020
Loading
Loading

Article metrics loading...

/content/journals/10.1163/19552629-90000020
2010-01-01
2016-12-04

Sign-in

Can't access your account?
  • Key

  • Full access
  • Open Access
  • Partial/No accessInformation